Petite histoire du pastel en France...

Le pastel est un bâtonnet de poudre solidifiée semblable à une craie, utilisé dans le dessin et la peinture, composé de pigments naturels broyés, organiques ou végétaux, d'une charge (craie, talc ou plâtre) et d'un liant (type gomme arabique pour les pastels secs et huile ou cire pour les pastels gras)

 

Utilisé dans le dessin comme un crayon ou à la manière d'une vraie peinture, en estompant et mélangeant les couleurs, le pastel est une technique riche car multiple, permettant toutes les audaces, les tons violents comme les plus doux, sensuelle, l'artiste n'ayant  besoin d'aucun intermédiaire entre la poudre colorée et le support.

 

Si les peintures rupestres préhistoriques peuvent être considérées comme les premières oeuvres au pastel de l'histoire il y a quelques 20.000 ans, il faudra attendre le XVème siècle en France et le portrait de l'épouse de Louis de Jouvenel par Jean Fouquet en 1465 pour voir apparaitre les premiers traits de pastel à proprement parler, ce dernier décliné uniquement en blanc ou sanguine, ne servant qu'à réhausser les dessins au fusain par quelques touches de couleurs.

Léonard de Vinci, initié vers 1499 par Jean Pérréal, artiste portraitiste français de la Renaissance, à "l'art de peindre à sec", utilisera lui-aussi le pastel (sanguine et la craie blanche) dans ses nombreux dessins.

 

Au fur et à mesure que sa gamme de couleurs s'enrichit, le pastel voit sa technique évoluer, lui permettant enfin de pouvoir rivaliser avec la peinture à l'huile. Très prisé des artistes pour ses couleurs pures et sa capacité à capter la lumière, il devient à partir du XVIIème siècle le médium préféré des portraitistes et connait son âge d'or vers le XVIIIème siècle avec plus de 200 artistes de renom rien qu'à Paris, dont Maurice Quentin de la Tour (photo ci-contre), surnommé le "Prince des pastellistes", mais aussi Jean-Baptiste Perronneau, Chardin, François Boucher et bien d'autres encore.

 

Symbole de l'ancien régime, il tombe en désuétude après le Révolution et ne retrouvera jamais plus son lustre d'antan dans la création artistique malgré le talent de nombreux artistes, dont beaucoup d'entre eux seront membres de la Société des Pastellistes de France créee en 1885, tels les impressionnistes Degas, Toulouse-Lautrec, et d'autres encore au cours du XIXème siècle.

 

Longtemps considéré comme un art mineur, le pastel reprend ses lettres de noblesse dans le paysage artistique actuel et de nombreuses associations ou sociétés oeuvrent à promouvoir cet art pictural et à lui rendre sa juste place, citons :

 

 

et cette liste est loin d'être exhaustive, il en existe bien d'autres encore en France comme à l'étranger.

 

 

Sources : Wikipédia, Société des Pastellistes de France, Artisan Pastellier

Autoportrait "au jabot de dentelle" de Maurice Quentin de la Tour, vers 1751

Portrait de la Marquise de Pompadour,

de François Boucher 1756

 

© 2015 par Sophie MEYER avec Wix.com

  • s-facebook